Accueil
 
Avant-propos
 
Accès Adhérents
 
APEC Paris 14ème
 
Conseil Inter-Conservatoires des Parents d'Elèves
 
Le Conservatoire
 
Concerts, Auditions et Spectacles
 
Les Actualités
 
Bourse Permanente aux Manuels et Partitions de FI
 
Les Petites Annonces
 
La Parole aux Parents
 
Contacts
 
Les Mémorandums 2009, 2010 et du 09/04/2011
 
Galerie d'images
 
Rencontres du mois
 
Dossiers pédagogiques
 
Stages et Académies d'été, Vacances Musicales
 
Les Partenaires de l'APEC Paris 14ème
 
Liens utiles
 
Les Archives
Musique et familles d'instruments


MUSIQUE ET FAMILLES D'INSTRUMENTS

1.   LES INSTRUMENTS          

On classe traditionnellement les instruments en trois familles : les instruments à cordes ou les cordes, les instruments à vent ou les vents et les percussions. 

Depuis, la musique électronique représente une autre catégorie venue s'ajouter aux premières et qui regroupe les instruments nouveaux.

 

Les cordes.

On distingue : les instruments à cordes frottées (violon, viole, etc.), les instruments à cordes pincées (harpe, guitare, clavecin) et les instruments à cordes frappées (piano)

 

 

                    

                                                                                                                  

                                                        (Extrait du Larousse du Collège - le dictionnaire des 11-15 ans)

 

Ils forment l’ensemble le plus important de l’orchestre symphonique. 

Du violon à La contrebasse, le principe est le même : une caisse de résonance en bois, un manche et quatre cordes.  Pour faire vibrer une corde, on peut soit la pincer avec son doigt, comme une guitare ou une harpe, soit la frotter avec un archet, fait de bois et de crins de chevaux.

Violons, altos, violoncelles et contrebasses sont les membres de cette famille à cordes frottées.  Ils sont devant la scène, installés en arc de cercle autour du chef d’orchestre.

Le premier violon de l’orchestre a une importance particulière : c’est lui qui joue les grands solos et tient le rôle d’intermédiaire entre le chef d’orchestre et les autres cordes. 

Certaines œuvres ou parties d’œuvres sont écrites pour orchestre à cordes uniquement, comme Métamorphoses de Richard STRAUSS et l’Adagietto de la Cinquième Symphonie de Gustav MAHLER.

 

La harpe et le piano

Ce sont des instruments harmoniques, c’est-à-dire qui peuvent jouer plusieurs notes à la fois.

 

La harpe est placée derrière les cordes et intervient, en général, pour renforcer des effets mélodiques ou rythmiques. Parmi les œuvres écrites pour la harpe, on peut citer le célèbre Concerto pour harpe et orchestre de Georg Friedrich HAENDEL et celui de François-Adrien BOIELDIEU. 

Le piano est souvent un invité de marque. Il se trouve alors placé devant l’orchestre. Le répertoire pour piano est considérable, qu’il soit soliste, dans une formation de chambre ou symphonique. Une des plus fameuses partitions écrites pour cet instrument est le Cinquième Concerto pour piano, dit L’Empereur de Ludwig van BEETHOVEN. Il inspira également de superbes concertos à Wolfgang Amadeus MOZART, Frédéric CHOPIN, Johannes BRAHMS, Piotr Ilyitch TCHAÏKOVSKI ou Serge RACHMANINOV.

 

 

Les vents

On distingue les bois et les cuivres selon leur facture (tuyau percé de trous pour les bois, colonne d'air allongée par des pistons ou par une coulisse pour les cuivres)

C'est l’air qui crée le son : le musicien pose ses lèvres sur l’embouchure, souffle et l’air fait vibrer le tube des instruments de ces deux familles, les bois et les cuivres.

 

 

                   

                                                       (Extrait du Larousse du Collège - le dictionnaire des 11-15 ans)

 

Ø      Famille des bois :  

Outre la flûte (pourtant la plupart du temps en métal !), on trouve la clarinette, le hautbois et le basson qui sont fabriqués dans des bois nobles : ébène, acajou, palissandre, bois de rose.

Le piccolo, la clarinette basse, le cor anglais et le contrebasson font également partie de cette famille, ainsi que le saxophone (bien qu’il soit en métal), inventé par Adolphe Sax au milieu du XIXème siècle.

 

Ø      Famille des cuivres :

Elle regroupe la trompette, le trombone, le cor et le tuba. Instruments assez complexes, aux tubes repliés souvent longs, leur sonorité est puissante, ce qui explique qu’ils soient placés au fond de l’orchestre.  Mais ils peuvent utiliser des sourdines qu’ils placent dans le pavillon (la partie évasée qui termine l’instrument), ce qui donne des couleurs plus douces et mystérieuses.

 

 

Les percussions

De toutes tailles et de toutes formes, fabriquées en peau, en bois ou en métal, elles forment une très grande famille de plus de 150 instruments, venant de tous les pays du monde.

On préfère parfois les diviser en instruments produisant des sons assimilables aux notes de la gamme, et en instruments produisant un son complexe, proche du bruit.

Dans l’orchestre symphonique, on utilise surtout les timbales (deux, trois ou quatre, chacune jouant une note différente), les cymbales, la grosse caisse, la caisse claire, le gong, le xylophone, le triangle et l’arbre à cloches.

 

  

                                                   

                                                          (Extrait du Larousse du Collège - le dictionnaire des 11-15 ans)          

 

 

      2.  LES NOUVEAUX INSTRUMENTS

Ils comprennent les ondes Martenot (oscillations électriques), le synthétiseur, l'expandeur.

 

       3.  L’ORCHESTRE SYMPHONIQUE ET LE CHEF D'ORCHESTRE

Un orchestre ressemble à un immense instrument qui peut déployer une puissance colossale en faisant entendre à la fois - ou successivement - leurs sons.

Les familles d’instruments ont une place bien définie et c’est leur disposition qui donne une couleur particulière à l’orchestre. Cette disposition s’est peu à peu fixée : les violons à gauche, les violoncelles à droite, les percussions et les cuivres au fond. Toutefois, il arrive que cette disposition varie, pour changer justement cette «couleur d’orchestre».

Comme chaque instrument a une couleur sonore, le compositeur peut utiliser une immense palette ; c’est un art savant, l’art de combiner les notes entre elles.

Au fil des années, l’orchestre, au départ constitué de peu d’instrumentistes, comme du temps de Wolfgang Amadeus MOZART, s’est étoffé et varie aujourd’hui entre 45 et plus de 100 musiciens. Gustav MAHLER, en 1906, a même composé une symphonie pour mille exécutants, sa Huitième Symphonie, avec solistes et chœurs, appelée Symphonie des mille !

Écouter un orchestre de 40, 80 ou 110 musiciens sans chef d’orchestre reviendrait à entendre une totale cacophonie !

Le chef d’orchestre dirige les musiciens par des signes, comme un code musical que les musiciens comprennent immédiatement : avec sa baguette, il donne les départs, il bat la mesure afin que tout le monde joue dans le même tempo.  Il indique également la « balance » sonore, c'est-à-dire l’équilibre entre les différents pupitres d’instruments – l’un ne doit pas jouer trop fort, l’autre trop piano –

Ses deux bras ne font pas la même chose : avec son bras droit, il indique le rythme, le tempo, avec le bras gauche, « le bras du cœur », il indique les nuances, le caractère de la musique (doux, agressif, chantant, Léger...). Vous ne le voyez pas souvent, lui qui est de dos, mais le regard est également très important pour les musiciens, un regard qui n’est adressé qu’à eux.

Les qualités nécessaires pour être chef d’orchestre sont donc très nombreuses : le chef d’orchestre, ayant longtemps étudié la partition d’orchestre avant de répéter avec les musiciens, a devant lui toutes les parties des différents pupitres – C’est lui qui coordonne, qui doit entendre les erreurs d’interprétation, malgré le nombre d’instrumentistes, pour les corriger pendant les répétitions.

Surtout au-delà  du travail technique, il transmet une certaine idée de l’œuvre que l’orchestre interprète. Il donne l’impulsion pour créer ce « son orchestre ».

 

Hector BERLIOZ a écrit à propos du chef d’orchestre : il faut qu’on sente qu’il sent, qu’il comprend, qu’il est ému : alors son sentiment et son émotion se connut à ceux qu'il dirige, sa flamme intérieure les échauffe, son électricité les électrise, sa force d’impulsion les entraîne, il projette autour de lui les irradiations vitales de l’art musical. S’il est inerte et glacé, au contraire, il paralyse tout ce qui l’entoure ; comme ces masses flottantes des mers polaires, dont on devine l’approche au refroidissement subit de l'air.

 

Hector BERLIOZ, « Le chef d’orchestre, théorie de son art ».

 

 

                                                 La disposition des instruments de l'orchestre

Cordes.  Fondement historique de l'orchestre symphonique, les cordes forment un ensemble homogène, divisé en cinq parties : premiers et seconds violons, altos, violoncelles et contrebasses. Ces parties se composent d'un nombre d'instrumentistes variable selon les orchestres : 12 à 16 premiers violons, 10 à 14 seconds violons, 8 à 12 altos, 8 à 10 violoncelles et 6 à 8 contrebasses.

La harpe.  Depuis le romantisme une ou deux harpes sont parfois intégrées à l'orchestre.

Bois.  Par 2 jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, les bois (flûtes, hautbois, clarinettes, bassons) sont le plus souvent groupés par 3 ou 4 depuis la fin du XIXe siècle  (dont flûte piccolo, cor anglais, clarinette basse et contrebasse). Ils forment un ensemble de 12 à 16 musiciens appelé « petite harmonie ».                                                               Cuivres.  Comme les bois, les cuivres, par 2 au XVIIIe siècle (cors, trompettes), sont devenus nettement plus nombreux au XIXe siècle. L'orchestre moderne compte généralement 6 cors, 4 trompettes, 4 trombones, 1 tuba. Ils forment « la grade harmonie ». 

Percussions.  Limitée jusqu'à la fin du XVIIIe siècle à une paire de timbale, la percussion s'est enrichie de nombreux instruments au XIXe et XXe siècle (caisse claire, cymbales, triangle, xylophone, cloche-tube, gong...).

                                                         

                                        

< Retour à l'accueil                                                   Informations Légales                                                 ^ Haut de page

© 2017 - APEC Paris 14ème - Tous droits réservés